November 22, 2022
-
2 minutes

Travail à distance : "j'ai quitté Paris pour Arcachon"

Depuis la pandémie, de nombreux citadins aspirent à une vie loin de l'engorgement des grandes villes. C'est chose faite pour Guillaume et sa famille, ils ont quitté la région parisienne pour la côte atlantique. Ce cadre supérieur a pu conserver son emploi en télétravail.

Travail à distance : "j'ai quitté Paris pour Arcachon"

Depuis la pandémie, les grandes métropoles sont moins attirantes. La capitale subit un exode urbain encore limité mais pas négligeable, en témoigne l'indicateur suivant : la baisse conséquente du nombre d'écoliers dans les établissements parisiens à la dernière rentrée. Il y avait 6 000 enfants de moins dans les écoles de la capitale par rapport à l'an dernier. De nombreux citadins aspirent à une vie provinciale ou rurale, loin de l'engorgement des grandes villes. Après le premier confinement, plus d'un francilien sur deux se déclarait prêt à partir dès que possible s'installer dans une autre région. C'est chose faite pour Guillaume, son épouse et leurs deux jumeaux. Il y a six mois, ils ont quitté la région parisienne pour la côte atlantique. Ce cadre supérieur de 38 ans a pu conserver son emploi en télétravail en négociant avec son employeur. Il raconte.

E.C : Comment avez-vous décidé de déménager ?

On y pensait déjà avant le confinement mais on envisageait de partir plus tard, il se trouve que le covid a précipité les choses. On a repéré une maison qui nous plaisait et ma femme a eu une opportunité professionnelle sur place. On s'est installé à Arcachon en mai dernier. On voulait se rapprocher de nos familles qui sont dans le sud-ouest. Je suis originaire de Bordeaux mais ça ne m'attirait pas d'y retourner : Arcachon a le mérite d'amener un vrai changement de vie. Le cadre est très agréable. Et le TGV direct vers et depuis Paris en moins de 3 heures facilite mon organisation. C'est très pratique.

E.C : Justement, à quelle fréquence vous rendez-vous au bureau ?

J'y passe trois jours toutes les deux semaines. Je prends le train très tôt le lundi, je suis à 8h30 au travail et je repars le mercredi soir. Je dors à l'hôtel, ces séjours me permettent aussi de déjeuner et boire des verres avec les collègues que j'apprécie.

E.C : Comment l'annonce a-t-elle été reçue par votre employeur ?

J'ai parlé de mon projet de déménagement par téléphone de manière informelle au moment des fêtes de Noël. Ça a été assez bien reçu, sans trop de difficultés majeures puis la direction a validé. J'ai un statut dérogatoire car normalement mes collègues ont le droit à deux jours de télétravail par semaine. Il y avait déjà eu des précédents avant moi, ce qui a facilité la discussion : aujourd'hui on est cinq ou six à avoir un statut de travailleur à distance sur une centaine de collaborateurs. C'est discrétionnaire, la direction essaie de ne pas trop communiquer là-dessus, ils autorisent certaines choses à certaines personnes ... Plus on grossit, plus c'est difficile à gérer pour eux.  L'entreprise accorde plus facilement cet avantage aux employés autonomes, moins aux managers ou collaborateurs en début de carrière. Par exemple, mon boss aimerait passer au distanciel et quitter la région parisienne, mais c'est compliqué à mettre en place car il a huit personnes à manager. En ce qui me concerne, ça fait trois ans et demi que je suis dans la boîte, je peux bosser à distance de manière très fluide. Je suis conscient qu'au début d'un job c'est beaucoup plus compliqué.

E.C : Et par vos collègues ?

Quand tu as une dérogation, les gens s'interrogent et c'est normal. L'endroit où tu t'installes influence beaucoup les réactions. Le fait d'être à Arcachon ne joue pas forcément en ma faveur car ça a une connotation balnéaire. "Il est à la plage donc il bosse pas ou peu" affirment certains  avec humour parfois, mais ils le disent quand même. Si tu déménages à Limoges, ça donne une perception autre. D'ailleurs dans ma boîte, il y a une personne qui travaille depuis Bruxelles et une autre depuis Brest, le ressenti des collègues est différent.

E.C : Qui prend en charge vos frais de déplacements ?

Moi. Je considère que je bénéficie d'un avantage, mon employeur me fait une fleur en autorisant ce système de travail qui est quand même dérogatoire. Aujourd'hui ça me semble malvenu de lui demander de participer. Je prends en charge mes frais d'hôtels et de transports, ce qui représente un peu moins de 500 euros par mois. C'est conséquent, mais ces dépenses étaient budgétées dans notre plan. En ce qui concerne le matériel de travail, j'ai récupéré un écran d'ordinateur. Je n'ai pas demandé d'aides financières pour l'aménagement de mon espace bureau.

E.C : Savez-vous si votre entreprise envisage d'ajuster votre salaire selon le lieu de télétravail ?

Je ne suis pas sur que ça s'applique à Arcachon, car le coût de la vie n'est pas forcément moins cher qu'en région parisienne ! Je suis assez sceptique sur cette approche, en Ile-de-France c'est moins coûteux d'habiter Aubervilliers que le marais. On peut appliquer la règle à différents critères : le salaire du ou de la conjoint.e, le nombre d'enfants... Cette perspective me semble irrationnelle.

Plus besoin de montrer aux collègues qu'on est là jusqu'à 20 heures.

E.C : Le bureau vous manque ?

Mon rythme me convient bien. Idéalement, j'aimerais réduire encore le présentiel à deux jours plutôt que trois toutes les deux semaines.

E.C : Êtes-vous aussi performant depuis chez vous ?

Oui, je suis même plus efficace car plus concentré. Je perds moins de temps, je ne suis pas obligé de faire le smalltalk dans le couloir avec les collaborateurs avec lesquels j'ai moins d'affinités. Et si je veux papoter 5 minutes avec certains collègues que j'apprécie, on peut toujours s'appeler ! J'ai tendance à commencer et à finir un peu plus tôt qu'avant. À 8h30 je suis opérationnel, je n'ai pas de temps de transports donc je vois plus mes enfants en fin de journée. C'est hyper appréciable. Et il n'y a pas le côté présentéisme où il faut montrer aux collègues qu'on est là jusqu'à 20 heures. C'est rare mais quand à 17 heures j'ai tout fini, j'arrête tout simplement de travailler !

E.C : Comment vous projetez-vous dans les années qui viennent ?

Pour l'instant c'est très cool. Le week-end dernier, il faisait hyper beau on était a la plage avec les enfants. On fait tout à pieds, on est au bord de la mer, c'est très pratique. On avait un peu peur du côté désertique en hors-saison, mais ce n'est pas du tout le cas. La ville est très vivante, il y a du monde tous les week-ends, c'est comme si on est était toujours en région parisienne ! Si ça pouvait durer 20 ans, je signerai tout de suite.

Edmée Citroën

Le travail hybride à portée de main.

Notre équipe est disponible pour vous accompagner et répondre à toutes vos questions !

Essayer gratuitementDemander une démo