Livreurs, coursiers, chauffeurs : quand les travailleurs précaires contre-attaquent

Découvrez notre sélection des meilleurs articles traitant du futur du travail ces 15 derniers jours.

April 19, 2022
2 minutes

Les français nombreux à plébisciter le mode hybride

Cet article paru sur le site boursier.com nous relate les résultats d’une étude menée en septembre 2021 par Atlassian. L’enseignement principal est le suivant : les français plébiscitent en majorité le modèle hybride. Cette alternance entre présentiel et distanciel est adoptée par 68% des sondés français, plaçant ainsi la France en tête du classement, suivie de l'Inde et du Japon. Si les français veulent cumuler bureau et home-office, ils sont peu nombreux à exercer pleinement leurs fonctions à distance (22%). Une culture qui diffère largement outre-atlantique, un travailleur sur deux exerce en télétravail aux Etats-Unis.

Le 100% remote effraie les français, près d’un sur deux déclarent passer moins de temps à échanger avec ses collègues à distance et un tiers des répondants affirment participer de moins en moins à des sessions collectives. D’où l’importance des outils pour organiser des moments collectifs en présentiel. 😉

Les DRH face au futur du travail

Le constat dressé ci-dessus est confirmé par une autre étude menée conjointement par l’ANDRH et BCG, selon laquelle les DRH ont pour première préoccupation la mise en place des modes de travail hybride pour les trois ans à venir.

Sur le podium des priorités des salariés, post-covid, on trouve le partage du sens, une meilleure délégation et davantage de flexibilité. Ces enjeux bouleversent la fonction managériale qui se trouve face à ces nouveaux défis. Le champs d’action de la fonction RH devrait donc continuer de grandir, nous indique cet article paru dans le magazine Décideurs.

Les livreurs et coursiers contre-attaquent (ou ce qu’ils nous racontent des nouveaux modes de gouvernance)

Observons le futur du travail en entreprise au prisme de la “gig-economy” c’est à dire des petits boulots. Livreurs, coursiers, chauffeurs, ces travailleurs précaires (qui réclament un statut proche de celui du salarié - couverture sociale, augmentation de salaires, meilleures conditions de travail) organisent leur résistance. Ainsi, en Chine, “ils échangent des infos à propos des « no-fly zones » , lieux où refuser des livraisons. Par exemple les grands ensembles où les bâtiments sont légion et sont autant de possibilités de perdre un temps précieux” nous explique cet article, paru dans l’ADN.

Émerge donc la nécessite de réformer le droit du travail et de “repenser un contrat social – statut, avantages sociaux, assurance, moyens de négocier, nouveaux syndicats – à l’heure des salariés devenus travailleurs hybrides, des indépendants devenus plus nombreux et des travailleurs d’une gig economy qui mute en permanence” selon la journaliste Lila Meghraoua.

Edmée Citroën