Chaises de bureaux, égalité de traitement et autres grands défis

Chaque jour, Offishall lit et épluche la presse en traquant les contenus liés au travail hybride. Découvrez notre sélection des trois articles immanquables cette semaine.

December 9, 2021
3 minutes

Chaque jour, Offishall lit et épluche la presse en traquant les contenus liés au travail hybride. Voici notre sélection des trois articles immanquables cette semaine :

Le plus généraliste : Les 4 chantiers du travail hybride

Le premier article qui a retenu notre attention soulève une question - sans apporter de réponses tranchées en ces temps où de grands changements s'opèrent en matière d'organisation du travail. Et c'est bien pour cette raison que nous l'avons sélectionné; le travail est en mutation et il est encore tôt pour tirer des conclusions définitives, nous sommes dans le temps de l'interrogation : Quels sont les quatre grands chantiers de cette rentrée marquée par le retour au bureau des collaborateurs ? Numéro un, se donner un cadre en matière de télétravail. Ensuite il faudra "réinventer de nouveaux modes d'animation pour les salariés" pour éviter les risques de "distanciation des liens, de décrochage et de tensions " nous explique Cadre et Dirigeant Magazine . Troisième point, les organisations devront renforcer les compétences techniques et digitales des collaborateurs pour bien télétravailler via un management de la confiance. Enfin il faudra repenser les espaces de bureaux pour le travail hybride : "la surface peut diminuer, mais la qualité des aménagements augmente d’autant."
Signé par Eric Lhomme , cet article dresse un panorama riche et transverse des défis portés par la mise en place du travail hybride.


Le plus social : Télétravail : «Une inégalité entre ceux qui ont les moyens de s’organiser et la classe servante»

Le week-end dernier, Libération consacrait sa Une à la généralisation du télétravail, dont on sait depuis le premier confinement qu'il est vecteur d'inégalités, notamment entre les métiers télétravaillables - ceux des cols blancs - et les autres - ceux des cols bleus. Mais la fracture sociale s'accompagne aussi d'une fracture territoriale pour l'économiste et urbaniste Pierre Veltz. Car post-covid, les villes moyennes ont gagné en attractivité. Et si un parisien sur deux envisage de quitter la capitale pour gagner en confort et en qualité de vie, il n'y aura pas pour autant d'exode urbain massif explique ce spécialiste. Selon lui, on va assister à ce qu'il appelle la multirésidence des plus aisés, quand les moins favorisés resteront en périphérie des grandes villes faute d'avoir les moyens de s'éloigner véritablement ou d'habiter les quartiers du centre (devenus) inaccessibles. "On va vivre une inégalité entre ceux qui ont les moyens de s’organiser et la classe servante qui vous apporte à manger, qui fait le ménage, mais qui n’a pas accès au cœur de ville" confie-t-il à Libération, déplorant l’absence quasi-totale de régulation du marché foncier.


Le plus pratico-pratique : Le dilemme de la chaise de bureau

Tabouret, chaise de cuisine ou encore canapé du salon, depuis notre domicile nous travaillons bien souvent assis sur tout sauf une chaise de bureau ! La Presse conseille donc d'agrémenter notre assise d'accessoires afin de convenir à la morphologie de chacun : "un ou deux coussins glissés sous les fesses, une serviette roulée dans le bas du dos, une base stable placée sous les pieds". Le journal suggère aussi de varier "régulièrement les stations de travail", en position debout ou assise. À retenir également, la nécessité de bouger et de marcher régulièrement grâce à des pauses de 30 secondes à 2 minutes toutes les 45 minutes à 1 heure, "périodes au-delà desquelles on commence à voir apparaître une diminution de la circulation sanguine et un ankylosage au niveau du dos et des hanches, peu importe sa chaise" précise le quotidien québécois.
On connaissait le "manger-bouger" porté par les pouvoirs publics, place donc désormais au télé - bouger !

Edmée Citroën