November 22, 2022
-
5 minutes

Comment le télétravail a bouleversé le secteur du recrutement

La généralisation du distanciel a considérablement impacté l'industrie du recrutement. Élargissement des bassins d'emploi ou encore accélération du processus d'embauche du fait de sa digitalisation, 20 mois après le début de la pandémie, le secteur est en plein boom.

Comment le télétravail a bouleversé le secteur du recrutement

La généralisation du distanciel a considérablement impacté l'industrie du recrutement. Elargissement des bassins d'emploi ou encore accélération du processus d'embauche du fait de sa digitalisation, 20 mois après le début de la pandémie, le secteur est en plein boom.

Depuis un an et demi, le mot télétravail s'invite dans toutes les offres d'emploi. Le filtre est désormais proposé sur la majorité des moteurs de recherche des plateformes d'annonces, Welcome to the Jungle, Pôle Emploi ou encore Indeed. Le réseau social LinkedIn offre quant à lui la possibilité de filtrer les offres selon trois catégories, sur site, hybride et à distance.

Désormais généralisé, le télétravail avait déjà connu un engouement avant la pandémie : "avec les grèves des transports et les gilets jaunes, en région parisienne, le distanciel avait commencé à s'imposer chez un certains nombres de collaborateurs" avance Céline Klingbeil-Assaraf, fondatrice du cabinet de recrutement Key People Executives. Le covid a ensuite redistribué les cartes sur la planète entière en matière d'organisation du travail, si bien qu'un retour en arrière semble aujourd'hui impensable alors que la crise sanitaire s'est accompagnée d'un changement profond des mentalités. Selon une étude JLL menée en mai dernier, l'équilibre vie pro-perso est désormais la première priorité de la majorité des collaborateurs et ce devant le salaire, ou encore le fait de trouver un sens dans son travail. "Le télétravail est l'une des questions les plus récurrentes des candidats" affirme cette cheffe d'entreprise qui était habituée au recrutement distanciel uniquement pour les développeurs avant la crise sanitaire. Âgée de 40 ans, cette chasseuse de tête spécialisée dans le recrutement middle et top management en start-up a monté sa structure en 2017. "Qu'on soit DG ou directeur marketing, aujourd'hui le distanciel s'est répandu dans toutes les professions" ajoute-t-elle avant de nuancer "sauf pour les métiers de management ou les début de contrat pour lesquels le présentiel reste plus opportun".

Loin de la start-up nation, dans les structures plus conventionnelles, certains employeurs font encore de la résistance. "On entend les réticences d'entreprises françaises traditionnelles qui ont en tête l'idée que pour que les équipes performent, il faut que le manager soit là" explique Romain Eyherabide qui exerce dans le très prestigieux cabinet Eric Salmon. La structure est spécialisée dans le recrutement senior des cadres dirigeants notamment dans des entreprises du CAC40. Dans ces organisations, les patrons des industries créatives comme la mode relient souvent performance, effusion créative et présentiel.

"Aujourd'hui, on a des clients français qui ne veulent plus recruter de français", Romain Eyherabide, consultant chez Eric Salmon

Le distanciel a largement boosté le secteur du recrutement. "On ne fait quasiment plus que des visios, on ne rencontre plus les candidats" affirme Céline Klingbeil-Assaraf. Les chasseurs de tête travaillent donc plus vite et brassent davantage de missions en moins de temps grâce à la digitalisation. Sans oublier le fait qu'en start-up "le marché a énormément repris puisqu'on est sur un record de levées de fonds. Et ce qui suit la levée, c'est le recrutement". D'autant que le télétravail a incroyablement ouvert le champs des possibles. "On peut sourcer des profils partout en France et même ailleurs grâce au télétravail. Cela multiplie les opportunités, le marché est très dynamique et le taux de chômage baisse" poursuit-elle. Une tendance largement confirmée dans le recrutement "élite" de hautes fonctions au sein de grandes entreprises; ces structures constituent la majorité du porte-feuille de clients de Romain Eyherabide qui multiplie les embauches transnationales : "On peut sélectionner des meilleurs talents car on ouvre le champs géographique à un bassin de candidats internationaux".

D'autant plus que les boîtes sont friandes de mixité culturelle et doivent remplir des objectifs de diversité. "Performance, parité et diversité riment souvent ensembles" poursuit le consultant.  "Aujourd'hui, on a des clients français qui ne veulent plus embaucher de français !" . Des recrutements transnationaux également motivés par une perspective d'optimisation lié aux faibles coûts de la main d'oeuvre à l'étranger. "Avec la variabilité des salaires selon les pays, c'est très avantageux pour les entreprises" avance Romain Eyherabide.
Si le recrutement international a le vent en poupe, une question subsiste : à quand le recrutement sans frontières ? "C'est un phénomène encore naissant, dans les entreprises tech émergent des perspectives de recrutement de talents, sans emplacement géographique".

La peur de la délocalisation des emplois

Un contexte qui éveille des craintes chez certains acteurs du marché de l'emploi, qui redoutent une délocalisation massive de la main d'oeuvre à l'étranger.
Comptables, ingénieurs, développeurs, ou encore fonctions supports, pour le vice-président de l'association nationale des DRH Benoît Serre, les cols blancs pourraient être les grands perdants d'un phénomène d'externalisation de leurs compétences à l'étranger, du fait du coût élevé de la main d'oeuvre française. « Un point d’attention doit être réalisé sur les demandes des salariés concernant « le 100% télétravail » car cela pourrait ouvrir la porte à la délocalisation des emplois dans le cadre de la mondialisation des compétences » peut-on lire sur le site de l'ANDRH.  Une perspective jugée quelque peu alarmiste par d'autres professionnels du secteur, comme Céline Klingbeil-Assaraf. "Le marché est tellement actif que ce phénomène restera marginal. D'autant que le full-remote est encore loin de concerner la majorité des structures."

Edmée Citroën

Le travail hybride à portée de main.

Notre équipe est disponible pour vous accompagner et répondre à toutes vos questions !

Essayer gratuitementDemander une démo